Municipales au Burkina : les intègres, les corrompus et les électeurs

Article : Municipales au Burkina : les intègres, les corrompus et les électeurs
Étiquettes
13 mai 2016

Municipales au Burkina : les intègres, les corrompus et les électeurs

J’ai observé la scène politique burkinabè, les différents candidats aux municipales : tous visent la tête de leur commune mais ils n’ont pas le même objectif. J’ai dénombré trois catégories de candidats. Ceux qui veulent le développement de leur commune (je les appelle les intègres), ceux qui ne sont pas honnêtes car ils cherchent en réalité à s’enrichir et ceux qui cherchent une protection face à des déviances passées (pour les deux dernières catégories, je les appelle les corrompus).

D’abord, il y a ceux qui luttent pour le développement de leur commune. Ils ont une vision, une politique précise, un plan de développement. Pour eux, la politique n’est pas une fin en soi. C’est un moyen de réaliser leur vision pour le développement de leur communauté. Ils veulent maintenant les voix des populations pour essayer de réaliser cette vision. Ils sont venus en politique parce qu’ils veulent faire quelque chose de bien, d’important pour la commune dans laquelle ils vivent. Ce n’est pas pour des détournements de parcelles, ils ne sont pas motivés uniquement par l’argent du contribuable. Ceux-là se comptent maintenant sur bout des doigts d’une seule main.

Ensuite il y en a d’autres, qui sont en course uniquement pour se remplir les poches. Ils n’ont aucune vision pour le développement d’une commune. D’ailleurs ils ne cherchent pas le fauteuil communal pour cette raison. Leur raison principale de faire de la politique, c’est tout simplement s’enrichir au détriment de la population qui les a élus. On comprend qu’ils pensent que la politique peut les rendre riches : leurs prédécesseurs se sont comportés ainsi depuis plusieurs décennies et se sont en effet enrichis. Il y a des maires qui, en moins de quatre ans, ont acheté des véhicules ou construit des maisons gigantesques. Pourtant avant de devenir maire, ils étaient là, sans rien. Et les populations les ont élus, mais sans se douter qu’elles choisissaient ainsi leur propre bourreau. Une fois à la mairie, ils font leur besogne : la corruption. Ils font des détournements, ils acceptent la vente illégale de parcelles… Les populations doivent donc faire preuve de vigilance. Attention à ne pas voter pour un candidat qui serait encore le plus grand voleur, le plus grand corrompu et le plus grand corrupteur de la commune.

La commune de la capitale, Ouagadougou est
La commune de la capitale, Ouagadougou, est sans doute la commune la plus recherchée par les hommes politiques

La troisième catégorie de candidats aux élections municipales est issue de la catégorie précédente. Ils ont déjà fait des détournements, ils se sont déjà enrichis. Mais ils ne veulent pas rendre de comptes, on les comprend : ils craignent de se faire démasquer à l’heure où le gouvernement prône la justice, la lutte contre la corruption ou la transparence dans les affaires publiques. Alors le seul brin d’espoir qu’il leur reste, c’est de revenir aux affaires le plus tôt possible ! C’est ce qui justifie le ralliement de certains ex-maires à l’actuel parti au pouvoir, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) ou la mouvance présidentielle. Ils cherchent une protection.

Dans un système démocratique, seuls les électeurs font la loi. Leur destin est entre leurs mains. Ils ont le choix : voter pour ceux qui sont corrompus, donc pour plus de corruption ou alors choisir ceux qui veulent le développement de leur commune.
Mais pour faire le bon choix, il faut que les citoyens aient le moyen de détecter les corrompus des intègres, et ce n’est pas une mince affaire. C’est là la difficulté de la démocratie sous nos tropiques, surtout dans les zones rurales. On vote souvent sans avoir une connaissance réelle des problématiques et de l’enjeu. On vote souvent sans connaitre ceux qui ont une vraie vision pour le développement de la commune (et donc pas seulement pour leur propre développement….)
La balle est dans le camp des populations : le 22 mai 2016, elles feront un choix important pour leur commune. Donneront-elles la direction de leur commune à politiciens intègres ou à des politiciens corrompus ? Avis aux populations !

Partagez

Commentaires

kutukamus
Répondre

So true, there more than one motives around for those who run for office. I hope this had turned out well there, though.

Judicael
Répondre

Thank's Kutukamus. when the motivation is not good, the acts are rarely directed to the well-being. But we hope that they will do good work. Some mayors are afraid of the reaction of voters