Burkina Faso : vaste interpellation des dignitaires du régime Compaoré

Article : Burkina Faso : vaste interpellation des dignitaires du régime Compaoré
Étiquettes
8 avril 2015

Burkina Faso : vaste interpellation des dignitaires du régime Compaoré

Après les mises en garde, le gouvernement de transition est passé à l’acte. Huit dignitaires du régime de l’ancien président Blaise Compaoré ont été interpellés par la police. Ils sont accusés entre autres, d’atteintes à la sûreté de l’Etat, activités politiques illégales, troubles à l’ordre public et incitations de troubles à l’ordre public, de malversations, de mauvaise gestion de projets.

Eux ce sont des proches de Blaise Compaorél, l’ancien président contraint de quitter le pouvoir en octobre 2014 alors qu’il tentait de modifier la Constitution pour se maintenir au pouvoir. Aujourd’hui les membres de son gouvernement et certains cadres de son parti, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) ont été interpellés par la police. Parmi eux, il y a trois anciens ministres.

Salif Kaboré ex- ministre des Mines- et proche de François le frère du l’ancien présiden t-. est soupçonné de malversations et mauvaise gestion présumées à la Sonabel et dans certaines structures du ministère des Mines et de l’Energie. Il lui est reproché aussi l’octroi illicite de permis d’exploitation des mines, exploitation illicite de sites miniers et mauvaise gestion de projets.

Quant à l’ex-ministre de l’Administration territoriale et de la Sécurité, Jérôme Bougma, il a été interpellé pour malversations présumées dans les attributions de marchés publics, réquisition de l’hôtel Azalaï qui a été saccagé au cours de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014.

La troisième personnalité est Ouedraogo Jean Bertin conseiller politique du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP). Il a été arrêté pour surfacturations présumées et malversations présumées dans l’exécution des marchés de travaux publics. Deux ex- maires sont tombés aussi sous le coup de ces arrestations. L’ancien maire de Bobo, Salia Sanou, connu pour ses déclarations tonitruantes et sa fidélité sans faille à Blaise Compaoré ainsi que Adama Zongo, ex-maire de Tanghin Dassouri;.

Cette interpellation de 8 personnes intervient dans le contexte du vote du nouveau code électoral par le Conseil national de la transition (CNT). Un code que les partisans de Blaise Compaoré ne voulaient pas parce qu’ils écartaient pour les élections à venir, tous ceux qui ont soutenu ouvertement la modification de l’article 37 de la loi fondamentale qui a conduit le pays dans une situation difficile.

Selon les autorités policières, les investigations vont se poursuivre dans les jours à venir.

Partagez

Commentaires

Jean-Hubert BONDO
Répondre

mon frère si tous les pro compaoré sont marginalisés ça risque de fausser la réconciliation nationale au pays des hommes intégres. PARFOIS LE PARDON EST NECESSAIRE