Burkina Faso : Zida en voyage encore

Article : Burkina Faso : Zida en voyage encore
Étiquettes
6 juillet 2015

Burkina Faso : Zida en voyage encore

Le premier ministre Yacouba Isaac Zida fait encore un voyage d’amitié de deux jours en Côte d’Ivoire. Pendant que les négociations se poursuivent à Ouagadougou, Zida invite les populations à mener sereinement des activités.

Circulez, il n’y a pas le feu dans la demeure, semble dire le premier ministre Yacouba Isaac Zida. Alors que le week-end, la rumeur sur sa probable démission a circulé à Ouagadougou comme une trainée de poudre, ce lundi matin, le « soldat Zida » s’est envolé pour Abidjan pour une visite d’amitié de deux jours. Mais avant, il a tenu rencontré les hommes de médias pour de tenir un discours « rassurant ». Les populations burkinabè peuvent continuer de vaquer à leurs occupations sereinement. A ces côtés, le ministre de la sécurité Auguste Barry. Lui aussi les bidasses du Régiment de sécurité présidentiel avaient exigé son départ. Et depuis, il avait disparu de la circulation.

Michel-Kafando4
Le premier ministre Yacouba Isaac Zida et le président Miche Kafando

C’est de retour d’un long voyage en Chine Taiwan que la crise actuelle a surgit. Le premier ministre avait estimé que certains éléments de la garde présidentielle complotaient pour l’arrêter dès son arrivée. Trois d’entre eux sont alors interpellés. Ce qui n’a pas été du goût des autres qui ont fait parler les armes et réclamé le départ de Zida et de tous les militaires du gouvernement. Alors que les négociations se poursuivent encore pour calmer les éléments du RSP, le premier ministre s’envole pour la Côte d’Ivoire. Ce voyage laisse croire qu’un terrain d’entente est en train d’être trouvé entre le Zida et ses frères d’armes sous la négociation du président Kafando, de l’ancien président Jean –Baptiste et Gilbert Diendiéré. Si le premier ministre, par ailleurs ministre de la défense, a osé voyager encore, c’est qu’il est sûr qu’il reviendra sans problèmes. Sinon, il ne fera pas ce voyage. Pour qui roule le RSP ? C’est la question que je me pose. Certainement pas pour le peuple burkinabè. Aujourd’hui, l’intérêt du peuple n’est pas d’avoir une nouvelle crise. A trois mois de l’échéance électorale, le peuple a plutôt intérêt à ce que le processus de la transition s’achève par des élections libres et transparentes. Et surtout pacifiques. Le départ du premier ministre sous menaces du RSP ne fera que retarder le processus de transition et plonger le pays dans de nouvelles tensions. Faut-il alors voir des intérêts particuliers dans ce bras de fer entre Zida et  ses frères d’armes ? Au début de la formation du gouvernement personne n’avait levé le doigt, du côté du RSP, pour dire non à la participation des militaires dans ce gouvernement. Zida a-t-il fait des promesses non tenues au RSP ? Ce qui est sûr c’est fort du soutien du RSP que Zida avait « détrôné » Honoré Nabéré Traoré, chef d’Etat-major des armées, dans les premiers jours qui ont suivi l’insurrection. Si aujourd’hui le torchon brûle entre Zida et le RSP c’est qu’il y a des choses qui nous échappent encore. La thèse de la hantise des dossiers Norbert Zongo et Thomas Sankara ? Pour certains il y a des gens qui ne sont pas tranquilles avec les avancées des dossiers comme celui des assassinats de l’ancien président, le capitaine Thomas Sankara et du journaliste Norbert Zongo. Est-ce ces gens-là qui mettent les bâtons dans les roues de Zida ou de la transition ?  En seulement quelques mois, après le départ forcé de Blaise Compaoré ces dossiers sont remis sur la table pour que toute lumière soit faite. Il est évident que tous n’en ont pas intérêt. A Ouagadougou, on aime tellement les rumeurs qu’il est difficile de vérifier certaines informations. Mais le temps nous l’apprendra. Certainement !

Partagez

Commentaires