Burkina Faso : un faux conseiller de Hollande chez Blaise

Article : Burkina Faso : un faux conseiller de Hollande chez Blaise
Étiquettes
13 février 2014

Burkina Faso : un faux conseiller de Hollande chez Blaise

La présidence du Faso annonçait que le président recevait en audience un sénateur français, de surcroît un conseiller spécial du président français Hollande. 

audience-0001
Photo Présidence par DR
Le président du Faso a reçu en audience le fameux conseiller le 03 février 2014

« Le président du Faso, Blaise Compaoré, a reçu le lundi 3 février 2014 en audience à Kosyam, le Sénateur, maire de Monmorentin en France et conseiller spécial du président François Hollande, Jeanny Lorgeoux. A sa sortie d’audience, l’hôte a confié qu’il est venu traduire les bonnes relations qui existent entre les deux pays », c’est ainsi que le quotidien d’Etat Sidwaya a relayé la visite du français. Le hic c’est qu’on a appris quelques jours plus tard, notamment sur le site https://www.jeuneafrique.com que ce dernier est un imposteur. En fait, en apprenant cette visite, je me suis dit voilà encore un français qui vient nous montrer l’importance du sénat dans un pays démocratique comme le notre. Et là, il ne m’a pas étonné puisqu’à sa sortie d’audience il fit cette déclaration : « Naturellement je suis pour le Sénat. Dans notre pays, le Senat qui représente les territoires, les traditions, les forces vives, les forces consulaires, les forces économiques, la jeunesse, doit être un élément de contre-poids dans la structure bicamérale du pouvoir. Il est bon en parlant de l’expérience française, qu’il y ait une autre chambre qui dise à l’Assemblée nationale qu’il faudra tenir compte de ceci ou de cela. Au fond, il s’agit d’injecter de l’équilibre dans le cadre du rassemblement de la nation ». Les mêmes arguments avec lesquels le parti au pouvoir s’est cassé le nez.

Mais ce à quoi je m’attendais pas, c’est qu’un homme de son âge, puisqu’il est né le 2 janvier 1950, et de sa classe politique puisse user de faux et tomber si bas, son pays avec. Malgré son inspiration à défendre le sénat et sa lecture des relations entre la France et le Burkina Faso, ce Lorgeoux n’est pas un conseiller spécial de François Hollande. C’est vrai qu’il est sénateur, élu depuis le 25 septembre 2011, de la Loire- et –Cher, appartenant à des groupes comme la délégation sénatoriale à l’outre-mer ou encore du groupe social et apparenté. Mais le Sénat français dit ne pas être  au courant de sa visite au Burkina Faso encore mois l’Elysée. Je comprends alors que c’est un larron qui veut profiter du désarroi du président du Faso. Alors que Blaise Compaoré a des problèmes à mettre en place « son sénat », jugé inutile et budgétivore par beaucoup de Burkinabè, il accepte l’aide du premier venu. Sachant cela, ce faux conseiller de Hollande est venu proposer ses services et prendre ce qu’il doit prendre. Mais ce qui est grave, c’est comment une présidence peut se laisser berner par un sénateur français qui se prend pour conseiller du président français ? Et l’ambassade française au Burkina n’était-elle pas au courant de cette visite ?

Si l’Elysée veut démontrer qu’elle n’est pas de mèche avec le hâbleur, elle doit prendre des sanctions pour éviter que des gens mal intentionnés ne pillent les ressources des pays d’Afrique au nom de leur proximité avec la présidence française. Il est vrai que ce n’est pas la première fois que des hommes politiques français essaient de profiter de la situation d’un président africain mal au point pour se remplir les poches.

Toujours est-il que cette visite montre encore que nos dirigeants comptent surtout sur les occidents pour enracinés leur pouvoir.

Partagez

Commentaires