Ouagadougou: crocodiles et jardiniers chassent sur le même terrain

Article : Ouagadougou:  crocodiles et jardiniers chassent sur le même terrain
5 février 2014

Ouagadougou: crocodiles et jardiniers chassent sur le même terrain

Pas de problèmes entre les crocodiles du parc urbain bangr-weogo et les jardiniers des alentours. Les premiers sortent souvent pour se réchauffer et les pépiniéristes font leur travail sans les inquiéter. Seuls quelques curieux s’arrêtent pour les observer. 

caima
Comme ce crocodile, ils sont au moins 300 à vivre au sein du parc urbain Bangr-wéogo de Ouagadougou

C’est la coexistence pacifique entre jardiniers et crocodiles du parc urbain Bangr-weogo. Cela peut sembler un peu surprenant, mais les uns font leurs affaires sans s’occuper des autres. Les alligators sortent le plus souvent pour se réchauffer, mais ne posent aucun problème aux jardiniers des abords du parc. Alors que je pensais loin de là, je m’entretiens avec deux jardiniers. Elie Nikiéma y depuis 10 ans. Pour lui, « les crocodiles ne posent aucun problèmes aux jardiniers. Ils sortent le plus souvent sous le pont de l’autre côté », me confie-t-il.

Arrivé sur les lieux, j’ai effectivement trouvé des passants observant deux crocodiles sous le pont. Pour le jardinier d’à côté, ces crocodiles sont inoffensifs. « Les crocodiles n’agressent personne. En tous cas ils m’ont jamais attaqué et je n’ai jamais entendu qu’ils ont agressé quelqu’un ». Il en veut pour preuve cette anecdote.

« Un jour un crocodile est venu se poser à côté de ma motopompe pour bénéficier de la chaleur qui se dégage du tuyau d’échappement. Lorsque j’ai fini d’arroser mes plants, je suis allé éteindre ma motopompe sans que le crocodile ne bouge ». Pour les jardiniers des abords du parc urbain Bangr- weogo. Le problème, c’est surtout les passants qui, en voulant admirés ces créatures, obstruent du même coup la circulation. Pour nous convaincre sur le caractère inoffensif de ces créatures, le directeur du parc urbain Bangr –wéogo, me confie que ce sont des crocodiles sacrés. La seule fois qu’ils sont quitté leur biotope, c’était lors des inondations du 1er septembre 2009.  On peut les apercevoir, mais ils restent toujours dans l’espace du parc. Ils sont au nombre de 300  et vivent dans le bois sacré depuis très longtemps. En fait, ils sont chez eux. Les jardiniers sont venus les trouver là-bas. Ils ne n’agressent personne, que personne le les dérange non plus. C’est ainsi, que « croco » et jardiniers travaillent sur le même site sans se poser d’obstacles.

Partagez

Commentaires

Charles NICOLAS
Répondre

J'ai eu beaucoup de plaisir à observer ces crocodiles (et aussi divers oiseaux) dans ce parc à Ouagadougou. Je me suis posé deux questions : Que deviennent ces crocodiles à la saison sèche, quand il n'y a presque plus d'eau dans cette mare ? Et aussi, de quoi se nourrissent-ils ?
Je me suis dit aussi qu'en gardant son caractère de "forêt sauvage", c'est à dire sans devenir un parc d'attraction, le Parc Bangr Wéogo pourrait, avec quelques aménagements supplémentaires, devenir un lieu d'attraction pour des visiteurs du monde entier et donner à la ville de Ouagadougou une belle et bonne notoriété. Pasteur Charles NICOLAS
https://oiseauxetcie.canalblog.com/

Judicael
Répondre

Vous avez raison Nicolas. En saison sèche les crocodiles replient surtout dans le parc où il y a des lieux aménagés pour eux. C'est en saison des pluies surtout qu'ils sortent du parc. Mais il est évident que des aménagements suplémentaires seraient utiles au parc.

Charles NICOLAS
Répondre

Merci. Vont-ils dans l'étendue d'eau du Barrage, de l'autre côté de la route ?
Et comment se nourrissent-ils ?
Charles N.

Judicael
Répondre

Oui souvent les crocodiles vont au barrage ou de l' autre côté de la route en passant par les camivaux. La structure qui s'occupe des crocodiles et du reste du parc relève de la mairie de Ouagadougou mais je ne sais pas exactement comment les crocodiles sont nourris.