Skip to main content

Norbert Zongo : figure de la liberté de la presse au Burkina-Faso !

On ne peut parler de liberté de la presse, au Burkina Faso, sans prononcer le nom de Norbert Zongo. Journaliste d’investigation, il a payé de sa vie pour que le droit d’informer soit une réalité au Burkina Faso.

Alors que le monde entier commémore ce 03 mai journée de la liberté de la presse, j’ai une pensée pour Norbert Zongo et ses trois compagnons. Journaliste d’investigation, ceux que sa plume empêchait de dormir ont tout fait pour le réduire au silence. Jusqu’à son assassinat pur et simple sur la route de Sapouy. De ce lieu, aujourd’hui, il n’y a qu’une plaque. Seul indice de l’acte crapuleux commis sur ce site. Norbert Zongo est l’un des précurseurs du journalisme d’investigation au Burkina Faso. Il a été assassiné le 13 décembre1998 alors qu’il enquêtait sur plusieurs dossiers notamment sur la mort de David Ouédraogo, le chauffeur de François Compaoré. Ce dernier est le petit frère du président de l’ancien président du Faso, Blaise Compaoré.

Des années de lutte, une justice toujours attendue

J’étais encore au collège. Nous autres, l’avons connu avec le soulèvement populaire qu’a causé son assassinat. Mais dès le lendemain de son assassinat, nous marchions pour que la lumière soit faite sur cette affaire. Cela fait maintenant 19 ans. Je revois le film de ces multiples grèves et marches,  mais aussi la fumée des gaz lacrymogènes qui inondaient les quartiers. Et des échauffourées avec des policiers souvent trop zélés.

19 ans après, les commanditaires de cet assassinat courent encore. Le peuple attend toujours que justice leur soit rendue, lui et ses trois compagnons. Ses bourreaux, en s’en prenant à lui, n’ont pas pu mettre fin au métier de journalisme d’investigation. Ils n’ont pas non plus connu la tranquillité qu’ils espéraient jouir après avoir éliminé celui qui osait leur dire NON. Au contraire, la mort de Norbert Zongo a donné plus de liberté à la presse burkinabè. Le soulèvement populaire provoqué par cet acte crapuleux a été une mise en garde pour les autorités d’antan. Désormais, le pouvoir savait qu’il ne pouvait plus assassiner sans être inquiété.

Les Burkinabè attendent toujours que la lumière soit faite sur la mort de Norbert Zongo et des ses trois compagnons

Un héritage non négligeable

Du même coup, cela a offert plus de liberté aux  journalistes burkinabè.Même à ceux des médias d’Etat. Mieux, d’autres titres sont apparus après l’assassinat de Norbert Zongo. L’évènement est l’un d’eux. L’un des fondateurs de journal est Newton Hamed Barry. A l’assassinat de Norbert Zongo, il travaillait à la télévision d’Etat comme journaliste présentateur. Suite, à ce crime, il a préféré rendre le tablier et rejoindre le journal de Norbert Zongo, L’indépendant. Il a créé par la suite, L’évènement avec un autre journaliste Germain Nama. Ce journal fait également de l’investigation.

A côté de ce journal, il y a en bien d’autres plus récents. Le reporter, Mutations, Courrier confidentiel, etc. Tous ces titres se réclament du journalisme d’investigation.  Aujourd’hui des investigations journalistiques amène la justice à interpeller des présumés fauteurs.  Beaucoup de ces journaux tentent de s’inscrire dans le sillage de liberté que Norbert Zongo a tracé par son sang.

On peut donc affirmer sans risque de se tromper que ceux qui ont assassinat Norbert Zongo n’ont pas atteint leur objectif. Plusieurs « Norbert Zongo » sont nés après le 13 décembre 1998. Et ceux-ci étaient sans doute dans l’insurrection qui a vu la chute du président Blaise Compaoré.

Burkina Faso : bientôt un jugement dans l’affaire Thomas Sankara ?

Le collectif d’avocats de la famille de Thomas Sankara a donné une conférence de presse le 12 octobre 2016. Selon Me Sankara et ses collaborateurs, le dossier évolue. C’est certainement une lueur d’espoir pour tous ceux qui attendent que justice soit rendue à Thomas Sankara et aux 12 autres assassinés le 15 octobre 1987.

Le 15 octobre 2016, les partisans du père de la révolution burkinabè commémorent le 29e anniversaire de sa disparition. Jamais commémoration n’a été teintée d’espoir pour ceux qui attendent justice à propos de la mort de Thomas Sankara et 12 de ses « camarades ». Du côté de la justice, le dossier évolue depuis la chute de Blaise Compaoré.

Selon les avocats de la famille Sankara, le dossier a évolué en 22 mois qu’il ne l’a fait en 18 ans d’instruction. Pour preuve, la plainte, formulée au départ contre X, a été reformulée contre l’ancien président Blaise Compaoré et d’autres personnes. Environ cent personnes ont été auditionnées. Il y a eu aussi des commissions rogatoires, des autopsies et des analyses balistiques.

Les quatre hommes forts de la révolution d'août 1983
Les quatre hommes forts de la révolution d’août 1983

14 inculpations et 2 mandats d’arrêts internationaux

Après toutes ces enquêtes, le juge d’instruction a procédé à l’inculpation de 14 personnes. Selon l’un des avocats de la famille Sankara, ce sont entre autres, « Blaise Compaoré dit Jubal, Hyacinthe Kafando, Gilbert Diendéré, Gabriel Tamini, le Dr Diébré Alidou et bien d’autres ». Ils sont accusés d’atteinte à la sûreté de l’Etat ; d’assassinat ; de recel de cadavre ; de faux en écriture publique.

Deux mandats d’arrêt internationaux ont d’ailleurs été lancés à l’encontre de Blaise Compaoré et d’Hyacinthe Kafando. Le premier vit en Côte d’Ivoire, depuis le soulèvement populaire des 30 et 31 octobre 2014. Il a d’ailleurs obtenu la nationalité ivoirienne depuis novembre 2014.

« Même si aucune réponse officielle n’a été donnée jusque-là par les autorités ivoiriennes, les avocats ne désespèrent pas quant à la tenue d’un procès équitable le moment venu. Toutes les voies (Interpol, voie diplomatique et dans le cadre du Traité d’amitié et de coopération signé entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire) seront utilisées pour l’extradition du président déchu réfugié en Côte d’Ivoire disent les avocats ».(lefaso.net).

Paris dans tout ça ?

Ph/Daniel Janin La France a souvent été citée à tort ou à raison dans l'assassinat du capitaine Thomas Sankara
Ph/Daniel Janin
La France a souvent été citée à tort ou à raison dans l’assassinat du capitaine Thomas Sankara

Selon l’avocat de la famille Sankara,  Me Sankara « le juge burkinabè a des pistes, des indices, parce qu’à un certain moment donné, il y a des informations qui circulaient disant que la France serait impliquée ». C’est la raison pour laquelle la famille voudrait savoir si Paris a joué un rôle quelconque dans l’assassinat de Thomas Sankara. Une demande de « levée du secret défense » a été introduite par les avocats de la famille Sankara.

Ces différentes avancées dans le dossier Thomas Sankara donnent de l’espoir à ceux qui attendent que la lumière soit faite sur cette affaire. Mais il ne faut pas oublier qu’il y a des obstacles d’ordre politique par exemple. Le principal accusé, Blaise Compaoré s’est réfugié en Côte d’Ivoire. Il a obtenu la nationalité ivoirienne. En plus de cela, ce sont ses anciens collaborateurs qui sont au pouvoir. L’un d’eux, Salifou Diallo, président de l’Assemblée nationale, a même été attendu dans cette affaire. Mais le général Gilbert Diendiéré, détenu déjà dans l’affaire du coup d’Etat, pourrait peut-être donner de plus amples informations.

Le 16 septembre 2015 : comment j’ai vécu les premières heures du putsch du gal Diendiéré

Il y a seulement une année, le 16 septembre 2015, des éléments du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) prenaient le pouvoir des mains du gouvernement de transition au Burkina Faso.

Je me souviens le 16 septembre 2015. La journée avait pourtant bien commencé. Le matin, je suis allé à une rencontre où on a parlé de liberté de la presse. On a chanté les louanges des médias et du peuple burkinabè suite à l’insurrection qui a obligé le président Blaise Compaoré à quitter le pays. Les délégations étrangères ont magnifié le courage et l’abnégation du peuple burkinabè ; sa tolérance, son sens élevé du vivre ensemble, qui ont permis d’aplanir les divergences et d’éviter une guerre civile.  Les organisateurs et les représentants de la transition étaient aux anges ! Mais c’était sans compter sur les plans du RSP.

« Je te conseille de te mettre en sécurité »

Quelques heures plus tard, des rumeurs circulaient déjà sur un mouvement d’humeur des éléments du RSP. C’était un mercredi, jour de conseil des ministres. Petit à petit, l’affaire se précise. On parle de l’arrestation du président de la transition, Michel Kafando, de son premier ministre Yacouba Isaac Zida et deux autres ministres. C’était aux environs de 14h 30. J’étais à la rédaction. Je tente de joindre une source. Après plusieurs tentatives, je finis par l’avoir au téléphone. Il n’y avait pas encore le phénomène des écoutes téléphoniques, mais il fallait être prudent. Je lui demande tout simplement : « est-ce que ce que j’entends est vrai ? ». « Il y a quelque chose. Je te conseille de te mettre en sécurité ou de rentrer carrément chez toi », m’a-t-on répondu à l’autre bout du fil.

Après le coup d'Etat le général et ses soldats n'ont pas épargné les médias
Après le coup d’Etat le général et ses soldats n’ont se sont pris aux médias

En « bon journaliste », je tente de glaner des informations quand même avant de rentrer. Mais la circulation est loin d’être fluide. Je vois des militaires pressés de rejoindre leur camp. Je peux aisément reconnaître certains éléments du RSP à cause de leur tenue. Comme beaucoup de Burkinabè, je suis dans la confusion. Dans la rue, la résistance s’organise dans différents quartiers de la capitale. Des manifestants essaient d’aller à la présidence pour libérer les « otages » mais sans succès. Ils sont stoppés sur plusieurs axes de la capitale. La répression des éléments du RSP s’abat sur les médias le même soir. Je comprends que mon interlocuteur avait raison.

Mais je ne peux éviter de me demander : pourquoi un coup d’Etat à un mois des élections ? Je ressasse les derniers évènements qui justifieraient une telle mise en péril du pays.

 « S’il n’y a pas d’inclusion, il n’y a pas d’élections»

Il est vrai que, depuis plusieurs mois, le torchon brûle entre le premier ministre et de ses frères d’armes du RSP. Il est aussi vrai que l’ex-parti au pouvoir avait menacé la tenue des élections présidentielles sans leurs candidats :

« S’il n’y a pas d’inclusion, il n’y a pas d’élections. Ceux qui dans leurs rêves ont vu des élections dans l’exclusion, nous leur dirons le contraire ». « Qui va me refuser d’être candidat ? Qui ? », a demandé le président du CDP, Eddie Komboigo.

Je suis à la maison maintenant. J’essaie de trouver des informations sur les ondes des radios privées. Mais elles se ferment les unes après les autres sous la menace des putschistes. On se rabat alors sur les réseaux. C’est l’un des rares canaux qui étaient encore en service. C’est là qu’on informe et s’informe sur la situation. Ce n’est que le lendemain que le putsch sera confirmé. Le général Diendiéré prend la responsabilité d’un putsch jugé « le plus bête du monde », avec son Conseil national de la démocratie. Commence alors une lutte sans répit du peuple burkinabè et son armée contre les putschistes. Les jours qui suivent seront plus chauds dans tous sens du terme.

Municipalités au Burkina : Une victoire « violente » et sans gloire du MPP

Le parti au pouvoir, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) va certainement rafler la grande majorité des mairies. Mais cette victoire écrasante est gravement sapée par les nombreux cas de violence au sein même du parti de Roch Marc Christian Kaboré.

Six mois après sa victoire à la présidentielle le parti de Roch Marc Christian Kaboré fait face à de sérieuses tensions internes
Six mois après sa victoire à la présidentielle le parti de Roch Marc Christian Kaboré fait face à de sérieuses tensions internes

« De tout temps nous avons fait des élections mais c’est vraiment la première fois que j’estime que nous avons franchi le Rubicon », a déclaré le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, le jour même des élections municipales. Malheureusement ces violences n’ont pas cessé. Elles se sont exacerbées à l’heure du choix des maires dans les différentes communes du pays. Et ce qui est embarrassant, c’est que cette violence se fait entre les membres du parti du président Roch Marc Christian Kaboré.

C’est la preuve que le parti au pouvoir souffre d’un cruel manque de cohésion. L’absence de consensus sur les candidats à la mairie a conduit des débordements violents dans certaines localités du pays. C’est le cas de la commune de Barani, dans la province de la Kossi. Selon le correspondant de la radio Omega , des individus ont fait irruption dans la salle où a lieu le vote du maire:

Deux véhicules Mercedes sont arrivés juste quand la mission du MPP était en train de conclure et de prodiguer des conseils. Un groupe de personnes est rentré par une autre porte pour commencer à s’en prendre aux partisans de Sidibé Hamidou. Des bastonnades s’en sont suivies et le bilan est de 5 blessés graves et de quelques blessés légers.

Alors que je trace ces lignes j’apprends que des affrontements entre partisans du MPP sont signalés dans la commune de Kantchari. C’est la région de l’Est du Burkina. Les candidats ont préféré recourir à la violence au lieu du vote pour se départager. Le résultat est sans appel :

« Un mort à Kantchari dans les histoires d’élection de maire. Et je ne parle pas des nombreux blessés par ci, par là. Ce sont deux camps d’un même parti, le MPP, parti au pouvoir qui se sont affrontés jusqu’à ce que mort s’en suive », a  commenté le journaliste burkinabè, Boukari Ouoba.

Jointe au téléphone, une source me confirme la triste réalité. Elle ajoute que  » tout est fermé  en moment à Kantchari ». Selon notre source, MPP s’est divisé en deux camps qui s’affrontent sans merci. Ces deux cas de ne sont pas les seuls. Un peu partout le parti au pouvoir connait un problème de discipline interne.

L’élection du maire de Karangasso Vigue dans les Hauts Bassins a dégénéré en conflit politique opposant les militants MPP et ceux de la NAFA. Le bilan fait état de deux morts et d’une trentaine de blessés. La situation est encore tendue ce matin et des maisons sont en train d’être incendiées dans les villages environnants, malgré la présence des forces de l’ordre. Les autorités régionales et une délégation des députés sont sur place actuellement pour tenter d’apaiser la situation. (Les éditions Sidwaya)

Troubles pendant la campagne

Le siège de Commission électorale communale indépendante (CECI) de Bouroum-bouroum, dans la région du Sud-Ouest, a été incendié quelques jours des élections municipales. L’UPC ne passe pas par quatre chemins pour accuser le MPP. Selon le parti de Zéphirin Diabré, les militants du MPP « protestent contre le fait que, leur liste n’ayant pas pu être déposée à temps, la justice ne leur ait pas permis de se présenter aux municipales ». Le parti du lion va plus loin en nommant une ministre du gouvernement dans cette affaire.

La ministre de l’action sociale, Mme Laure ZONGO HIEN en personne, a tenu des rencontres à Bouroum-Bouroum le weekend dernier, au cours desquelles elle a encouragé ses camarades à empêcher le vote. Les cartes d’électeurs des habitants du village de Mingboura ont ainsi été récupérées moyennant la promesse d’un barrage. (Lefaso.net ). Une accusation sans doute rejetée par le parti au pouvoir. ’Je ne vois pas pour quelles raisons des militants du MPP vont incendier la CECI’’ a déclaré le secrétaire à la communication du MPP.

Au total trois communes n’ont pas exercé leur devoir citoyen le 22 mai 2016 à cause des troubles durant la campagne. Ce sont les localités de Zogoré  (au Nord) et de Begodo (Centre-est) et bien sûr Bouroum-bouroum.

Pouvait-il en être autrement ?

Rien d’étonnant pour un parti qui regroupe des individus aux aspirations hétérogènes et contradictoires. On le sait tous. La ruée des anciens du régime de Blaise Compaoré ne pouvait pas faciliter la gestion du parti. On a changé de parti, mais l’esprit reste le même. Il y a les transfuges du CDP et ceux qui ont milité dans le MPP dès les premières heures de sa création. Les seconds, sous le prétexte de rechercher le changement, ne veulent pas accepter les premiers qui ont rejoint le navire un peu tard. Dans tous les cas ce sont des conflits que le parti devrait éradiquer. Si le parti n’ y prend garde, cette situation va causer sa perte aux prochaines élections.

Ces cas de violences devraient relativiser l’écrasante victoire du parti au pouvoir aux élections municipales du 22 mai 2016. Ils témoignent de la mauvaise santé du MPP, incapable de trouver des candidats unanimes. Les premiers responsables sont dans l’incapacité de mettre de l’ordre dans cette situation. Une victoire qui vire au drame pour un parti prône le changement.

Yacouba Isaac Zida : Adulé, séquestré, et accusé

En un peu plus d’une année, Yacouba Isaac Zida a connu toutes les phases de la vie politique sous nos tropiques. Il est arrivé au pouvoir suite à l’insurrection populaire qui a anticipé le départ de Blaise Compaoré. Peu connu du grand public, le lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida a presque retiré les reines du pouvoir des mains du général Honoré Nabéré Traoré, alors chef d’Etat-major général des armées. Avant d’être nommé premier ministre du gouvernement de transition.

Yacouba Isaac Zida adulé

Le premier ministre Yacouba Isaac Zida a multiplié les déclarations et les actes populistes au risque même de provoquer le courroux  de ses frères d’armes. Le 13 décembre 2014, date anniversaire de l’assassinat du journaliste Norbert Zongo et ses trois compagnons.

Le nouveau premier se rend à la place de la nation le 13 décembre 2014 pour commémorer avec le peuple l’assassinat de Norbert Zongo. Sous l’insistance de la foule, il est obligé de dire un mot.   « Justice sera rendue à tous ceux qui sont tombés sous les balles assassines de Blaise Compaoré », dit-il avant d’ajouter : « Je vous l’ai déjà dit et je le répète, le RSP est une unité militaire qui sera rattachée à l’Armée de terre pour d’autres missions. Des missions de lutte contre le terrorisme, des missions de lutte contre le banditisme » (lefaso.net)

C’est une option largement partagée au sein de la population. Mais qui marque le début d’un divorce entre lui et ses frères d’armes du RSP. Mais Zida semble de plus en plus pencher vers la volontaire populaire. Comme s’il cherchait à laisser de bonnes traces de son passage à la tête de l’Etat. D’aucuns lui prêtent même des ambitions politiques. L’opinion nationale applaudit les différentes arrestations dans le camp de l’ex-parti au pouvoir. Des anciens ministres et anciens maires sont arrêtés pour malversations. Tout cela fait monter la côte du premier ministre. Peu à peu il s’émancipe de son mentor, le général Gilbert Diendiéré et du RSP. Et trouve du soutien auprès de certaines organisations de la société civile.

Photo_afriquenewsinfos Yacouba Isaac ZIda, alors premier ministre avec le président de la transition, Michel Kafando.
Photo_afriquenewsinfos
Yacouba Isaac ZIda, alors premier ministre avec le président de la transition, Michel Kafando.

Zida séquestré

Le premier ministre Zida est opposé à l’homme le plus craint du pays : le général Gilbert Diendiéré. Il échappe échappe à une première tentative d’assassinat. Le RSP persiste et la crise conduit à un léger remaniement du gouvernement. Le ministre de la sécurité, proche de Zida est remplacé un proche du général Diendiéré. Son sort semble scellé. Sa « tête pensante », le ministre de la sécurité, Auguste Denise Barry, est remplacé par un élément de son pire ennemi du moment. D’après certaines indiscrétions, le ministre Barry est celui qui était capable de déjouer les plans du RSP dans le gouvernement de la transition.

Yacouba Isaac Zida subit maintenant la pression et la foudre de ses anciens frères d’armes. Son appui se résume à quelques mouvements de la société civile.

Le 15 septembre 2015 le RSP décide d’exécuter son plan. Le premier ministre, Yacouba Isaac Zida, le président de la transition, Michel Kafando et deux de leurs ministres sont séquestrés par les éléments du RSP. Le lendemain, le général Gilbert Diendiéré confirme un coup d’Etat et prend la tête d’un Conseil national pour la démocratie (CND). Le coup d’Etat échoue grâce à une farouche opposition de la population et une grande partie de l’armée. Les « séquestrés » sont libérés et le général et certains de ses acolytes arrêtés.

Zida accusé de malversations

La fin de la transition devrait sonner comme un soulagement pour Yacouba Isaac Zida. Mais ce n’est pas le cas. Alors qu’on pensait qu’il sera nommé ambassadeur du Burkina Faso aux Etats-unis d’Amérique, le lieutenant-colonel promu général de division s’est « réfugié » au Canada. Les dirigeants actuels du pays l’accusent de malversations. Le président le somme de rentrer au pays pour rendre compte. Pour Roch Marc Christian Kaboré, il est « indispensable et obligatoire » pour lui de rentrer au pays et répondre. L’étau se resserre ainsi contre Yacouba Isaac Zida. Le héros de la transition n’a pour le moment pas donné de réponse face à ces accusations.

Certaines OSC plaident pour son retour alors que pour d’autres, « Zida doit revenir de gré ou de force s’expliquer sur les malversations dont il est accusé ».