Skip to main content

22e sommet de l’UA : Blaise Compaoré n’y sera pas

Alors que le sommet de l’Union africaine ouvre ses portes à Addis-Abeba, Blaise Compaoré reçoit en audience la représentante spéciale du secrétaire des Nations unies pour la réduction des catastrophes Margareta Wahlström dans son palais de Kossyam. Certainement pas parce qu’il accorde plus d’importance à la réduction des risques de catastrophes, mais peut-être pour ne pas prendre de risques dans l’état actuel.

 

Blaise Compaoré fait-il preuve d’un soudain regain d’intérêt pour son pays ou pour son maintien au pouvoir ? Habitué des grands sommets africains et médiateur dans plusieurs crises africaines, Blaise Compaoré n’ira pas cette fois-ci à Addis-Abeba à l’occasion du 22e sommet de l’Union africaine. A la radio-télévision publique du Burkina,  aucun communiqué sur le voyage présidentiel.

4284511177_1084956a99_b
photo autre presse.
Blaise est resté au palais Kossyam

Depuis plusieurs années les Burkinabè avaient l’impression que le président du Faso (PF) s’éloignait de plus en plus des réalités du pays. « Blaise Compaoré a-t-il oublié le pays ? », s’interrogeait un des mes confrères. En dépit de toutes les marches contre la vie chère et toutes les autres préoccupations des citoyens burkinabè, le « Blaiso » ne parlait jamais. Il préférait poursuivre ses médiations en Côte d’Ivoire, au Mali ou faire libérer des otages. Ce sont des actions louables, mais il ne fallait pas donner l’impression que l’international prime sur le national.

Si donc, pour l’une des rares fois, Blaise Compaoré ne se rend pas à Addis-Abeba, c’est qu’il a ses raisons. Des raisons sans doute liées à sa volonté de ne pas mettre en péril son fauteuil, mais aussi  de freiner les velléités de dissidence au sein de son parti. Un certain nombre de présidents africains ont été évincés du pouvoir, interdits d’atterrissage, au retour de sommets surtout africains. Et « Le Blaiso » le sait, surtout que lors de beaucoup d’ évènements malheureux qu’a connus le Burkina : assassinat de Norbert Zongo, inondations du 1er septembre 2009, etc. il se trouvait hors du pays.

Cette fois, l’enfant terrible de Ziniaré va rester dans son palais et essayer de colmater les brèches laissées par les démissionnaires, ses anciens proches collaborateurs : Salif Diallo, Simon Compaoré, Roch Marc Christian Kaboré. Ces derniers ont déjà leur parti : le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP). Donc le Blaiso va contre-attaquer et essayer d’arrêter l’hémorragie qui, selon certaines indiscrétions, sévirait même au sein de son gouvernement. Il semble que la classe politique, sauf les opposants moutons, sont contre la modification de l’article 37 de la Constitution même si certains ne le disent pas haut pour le moment. A l’Assemblée nationale aussi, ils seraient une trentaine de députés partisans des démissionnaires. Dans la situation actuelle, « on ne sait pas qui est qui » ni qui est avec qui. C’est une confusion totale qui règne au sein du parti de la majorité. Alors « le Blaiso » prend ses précautions, comme à son habitude.

Division au sein des Ivoiriens au Burkina Faso : l’ambassadeur mis en accusation

Le torchon brûle entre les ressortissants ivoiriens au Burkina Faso. Une affaire d’argent serait à l’origine de cette discorde des enfants de la lagune ébrié  installés au Pays des hommes intègres.

François Touré
photo faso.net
Français Touré accuse l’ambassadeur ivoirien au Burkina Faso d’être à l’origine des divisions au sein de l’Union

« Pour eux ne dort pas dehors », comme on le dit chez le voisin. Les membres de l’Union des ressortissants de la république de Côte d’Ivoire au Burkina Faso (U RE CI B). Les membres déclarent avoir subis des attaques depuis que le président Alassane Ouattara leur avait remis une somme de 10 millions de F CFA. Une partie des membres, sous prétexte d’une mauvaise gestion de cette somme, a voulu entrer en dissidence et prendre la gestion de l’union. A l’issue des tractations judiciaires, le camp de François Touré est maintenu à la tête de l’association au détriment de Mamadou Koné. Le président de l’Union des ressortissants de la république de Côte d’Ivoire au Burkina Faso, met en accusation l’ambassadeur de la Côte d’Ivoire au Burkina Faso qui, selon lui, serait à l’origine de toutes les divisions au sein de la communauté ivoirienne au Burkina Faso. Il l’accuse, je cite :

 « Il est à la base de poursuites judiciaires contre nous parce qu’il paye des honoraires d’avocats. Il fait du népotisme  au niveau de sa gestion à l’ambassade. Son fils y travaille, le petit frère de sa femme, le grand frère de sa femme. Il a renvoyé six personnes pour prendre 13 personnes qui sont ses proches ».

Et comme on peut le constaté, sa « bouche ne porte caleçon » dira-t- on à Abidjan. Des accusations graves des ivoiriens contre leur ambassade en terre burkinabè. Ces ivoiriens vont plus loin en demandant la démission de l’ambassadeur ivoirien au Burkina Faso. Ils réclament également un audit sur la gestion financière et du personnel de l’ambassade de Côte d’Ivoire au Burkina Faso.

Alors que leur pays est sur le chemin de la réconciliation, que toutes les parties font des efforts pour la consolidation de la paix, les ivoiriens installés au Burkina Faso gagneraient mieux à s’entendre. Que des intérêts égoïstes ou des jeux d’appartenance  sème pas la désolation dans la communauté ivoirienne.

L’affaire Boukary au Burkina : Salif Diallo convoqué par la justice

Volonté de rendre justice ou machination politique ? L’affaire Dabo Boukary alimente de nouveau les conversations au Burkina avec la récente convocation de Salif  Diallo par le juge. Une convocation qui a été relatée par notre confrère de Mutations dans son numéro 44. Les étudiants restent partagés quant à l’issue de cette procédure. Alors que pour certains, c’est un espoir pour faire la lumière sur cette affaire pour d’autres, c’est pour tromper la vigilance du peuple. Salif Diallo de son côté clame son innocence.

 

Salif

S’il y a une affaire qui défraie la chronique depuis des années à l’université de Ouagadougou, c’est bien l’affaire Dabo Boukary. Etudiant en 7e année de médecine et membre de l’Association nationale des étudiants du Burkina (ANEB), Dabo Boukary est enlevé et assassiné en 1990 lors d’un mouvement de grève. La récente convocation de Salif Diallo, ancien ministre d’Etat et homme fort du parti devant le juge est une lueur d’espoir pour certains étudiants de voir la lumière dans cette affaire. Mais Salif Diallo qui vient de quitter le CDP (Congrès pour la démocratie et le progrès) rejette toute implication dans cette affaire :

« Je vous dis très sincèrement que je n’ai rien à voir dans l’affaire Dabo Boukary. (…) Je n’ai ordonné l’arrestation d’aucun étudiant ».

A l’université de Ouagadougou, en tous cas, certains étudiants croient que cette convocation peut être le début d’une lueur sur cette affaire. En témoignent les propos de cet étudiant :

 « Si Salif Diallo n’est pas coupable, c’est que d’autres sont coupables. Maintenant qu’il a quitté le CDP, je pense que la lumière sera faite au fur et à mesure que nous avançons. Actuellement, on voit que le parti au pouvoir est en train de se déchirer, donc c’est maintenant que la vérité va sortir sur cette affaire ».

Vu la situation politique, l’on est en droit de se poser la question de savoir si cette convocation n’est qu’une volonté des ex-camarades de Salif Diallo de salir son image au moment où il quitte le parti au pouvoir pour former un parti d’opposition. Un journal proche du pouvoir a fait aussi allusion à une affaire d’escroquerie au Niger dans laquelle l’ancien ministre serait impliqué. Il est évident que toutes ces tractations et machinations n’ont pas pour seul but de dénouer cette affaire. Depuis 24 ans les étudiants réclament justice pour Dabo Boukary sans obtenir gain de cause, et c’est au moment où Salif Diallo quitte le CDP qu’on en parle.

Dans tous les cas, c’est une occasion de faire la lumière sur cette affaire, mais aussi sur d’autres affaires comme celle de Norbert Zongo. Ayant passé tant d’années dans le gouvernement Salif doit être au courant de plusieurs affaires. Celui qui était l’artisan du pouvoir de Blaise Compaoré va peut-être faire face à la justice, une occasion de démontrer son innocence dans l’affaire Dabo Boukary, mais aussi de déballer certaines affaires. Cela rend intéressante la suite de l’affaire, mais pourrait l’étouffer aussi.

Burkina : les dinosaures quittent le navire CDP

Les ténors du parti au pouvoir ont choisi la première semaine de janvier pour présenter leur démission. Depuis un certain temps, ces anciens camarades de Blaise Compaoré étaient relégués au second plan au sein du parti qu’ils ont créé et nourri. Ils ont donc fini par quitter le parti en invoquant un manque de démocratie.

Roch Marc Christian Kaboré est l'un des dissidents du CDP
Roch Marc Christian Kaboré est l’un des dissidents du CDP

Salif Diallo, Roch Marc Christian Kaboré,  Simon Compaoré, Clément Sawadogo pour ne citer ceux-là ont démissionné du parti au pouvoir, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP). Ceux-ci ont occupé des postes de haute responsabilité aussi bien au sein du parti de Blaise Compaoré que dans son gouvernement. Roch Marc Christian Kaboré a été premier ministre, président de l’Assemblée nationale, président du bureau national du parti. Simon Compaoré ex-membre du bureau national du CDP et ancien maire de la commune de Ouagadougou pendant 17 ans. Et que dire de Salif Diallo ancien ministre de l’Agriculture, ancien homme de Blaise Compaoré et artisan du parti au pouvoir. Ces ténors ont démissionné du parti avec près de 80 autres membres. L’hémorragie va certainement continuer, dans les jours à venir, quand on sait la capacité de mobilisation de ces démissionnaires, et leur rôle dans la création et l’enracinement du parti au sein du peuple burkinabè.

Cette vague de démissions ne surprend pas les observateurs avisés de la scène politique burkinabè. En effet, depuis plusieurs années, le parti au pouvoir fait une épuration. Les cadres du parti sont mis au garage au profit de militants de la dernière heure. Des militants partisans de François Compaoré, le frère du président. Il était donc évident que  ces ténors ne pouvaient pas se contenter des seconds rôles que leur ont réservés les arrivistes de Fédération associative pour la paix et le progrès avec Blaise Compaoré (FEDABC).

Ce qui se tramait depuis au moins deux ans a fini par se manifester. Les leaders du parti au pouvoir démissionnent, évoquant un manque de démocratie et une déviation idéologique. Ils envisagent ainsi préserver les acquis démocratiques et économiques du pays. Mais que peut apporter ce mouvement dans le paysage politique burkinabè ?

Ces ex-ténors du parti au pouvoir peuvent-ils réellement apporter quelque chose de bien pour le pays ? Roch Marc Christian Kaboré,  qui a défendu la modification de l’article 37 de la Constitution se contente d’un mea culpa en disant que c’était une erreur. Aujourd’hui ces mêmes personnes s’opposent à la modification de l’article 37 et à la mise en place du Sénat. Est-ce un sursaut de patriotisme ou un simple positionnement pour 2015 ?

Ces dissidents ont rencontré le président du Faso avant leur démission officielle. De ce qu’ils se sont dit, rien n’a filtré. Blaise aurait-il donné le feu vertà ces anciens camarades pour créer un autre parti ? Ou ont-ils reçu l’assurance du « Blaiso » de ne pas se représenter en 2015 ? Selon Roch Marc Christian Kaboré, cela ne peut être dit aux médias.

Du côté de l’opposition, on applaudit sans chercher à sonder les réelles intentions de ce futur parti. Ces ex-leaders, qui ont mis en place le système CDP, que peuvent-ils proposer d’autre ?

Sans applaudir ces dissidents, comme le font les partis d’opposition regroupés autour du chef de file de l’opposition, je suis certain que si ces gens s’y mettent sérieusement, ils peuvent modifier la hiérarchie des partis politiques au Burkina Faso. Ils envisagent même participer à la marche de protestation contre la modification de l’article 37 et la mise en place du Sénat qu’organise le CFOP (Chef de file de l’opposition politique).

2014 : une année de paix pour l’Afrique !

Comme toutes les autres parties du monde, l’Afrique est entrée dans une nouvelle année. Une année pleine d’espoir pour beaucoup d’Africains. Même si la situation actuelle donne lieu à des inquiétudes un peu partout sur le continent, je pense que 2014 est une occasion pour les dirigeants africains d’oeuvrer pour la paix et le développement de leurs pays.

paix

A l’orée de cette année 2014, je souhaite que la paix règne enfin sur le continent noir qui a été encore meurtri par tant de violences en 2013. Le monstre de la guerre a trainé sa bosse un peu partout en Afrique entrainant ainsi désolation et confusion dans les cœurs des survivants de la guerre ou des violences de toutes sortes.

C’est pourquoi, pour 2014, je souhaite que mon continent connaisse la paix. Que les foyers de tensions soient inondés de paix. Mon vœu le meilleur pour « Le Pays des hommes intègres », c’est que l’intérêt suprême du peuple et la sagesse l’emportent sur les intérêts égoïstes de nos dirigeants politiques. Que les tensions issues de la volonté d’instaurer le Senat et les velléités de modification de l’article 37 de la Constitution trouvent une solution pacifique et honorable, et que le peuple burkinabè vive une paix durable gage d’un réel développement. Que le Blaiso et Zéph, l’opposition et le pouvoir, recherchent tous le bien du pays et non leurs propres intérêts.

Je voudrais également que la Centrafrique vienne à bout de sa guerre civile qui ravage tant de personnes. Que les enfants centrafricains sachent que se démarquer que ses seigneurs de la guerre qui les amènent à utiliser les armes les uns contre les autres. Que chrétiens et musulmans reviennent à une coexistence pacifique sur leur terre commune. Et que dire du dernier Etat du continent africain. Crée seulement en 2011, ce jeune Etat a connu une fin d’année très difficile. A peine libérés de leurs voisions du Nord, que les Sud soudanais se battent entre eux.  Vivement que le président Salva Kiir et son ex-vice président, Riek Machar puissent se retrouver autour d’une même table pour parler et agir pour la paix et arrêter l’hémorragie interne. Le Mali a connu une percée significative vers le rétablissement de l’ordre constitutionnel avec les élections présidentielle et législatives. Puisse ce pays se débarrasser de ses agresseurs jihadistes et reprendre le chemin de la cohésion sociale.

Je voudrais que cette année soit une année de paix pour toute l’Afrique, que les dirigeants pensent plus à leurs peuples qu’à leurs biens, que les jeunes africains cessent de se suicider aux larges de Lampedusa. Mon souhait : Paix pour l’Afrique ! « Peace et love in Africa », diront certains.